Samedi 10 décembre 2016 : Yoshito Kitabata

Yoshito Kitabata

Théâtre d'Aurillac à 20h45

Concert de piano


Tarif plein : 15 €

Tarif réduit : 12 €

Gratuit pour les moins de 12 ans

Réservation au théâtre d'Aurillac:
Tél : 04 71 45 46 04


PROGRAMME:

Brahms Variations sur un thème Op originale. 21-1 D Major

L. v. Beethoven Sonata No. 31 Op. 110 Flat Major -Entracte

S. Prokofiev Sonata No. 8 Op. 84 B-flat major

(Susceptible de changement)




Yoshito Kitabata est né en 1988 à Osaka, au Japon. Il commence à jouer du piano à partir de 4 ans.

En 2010, il obtient le troisième prix au 2ème Concours de piano Frédéric Chopin et en avril 2015 le 1er prix au 7ème Concours de Piano du Centre d’Art-mémorial de Kobé au Japon. Dans la même année, en juillet, il est demi-finaliste au 7ème Concours International de Piano de Lyon en France, et obtient le prix Musica Formosa.

Il est lauréat de plusieurs autres concours nationaux, joue à Tokyo, Osaka, Kyoto, Nara et Berlin en tant que soliste et musique de chambre. Il est aussi un membre régulier de la société Chopin au Japon.

 

 

Théâtre d'Aurillac à 20h 45

Concert de piano
« Chopin, les années Nohant (1839-1846) »

Théâtre d'Aurillac

Tarif plein : 15€

Tarif réduit : 12

Gratuit pour les moins de 12 ans

Réservation au théâtre d'Aurillac:
Tél : 04 71 45 46 04


PROGRAMME

1ère partie:
Etude op. posthume en la bémol Scherzo n°3 op. 39 en ut dièse mineur
Prélude op. 45 en ut dièse mineur Ballade n°4 op. 52 en fa mineur Polonaise héroïque op. 53 en la bémol majeur            

   "Entracte"   

  2ème partie: Nocturne op.55 en mi bémol majeur
Berceuse op. 57 en ré bémol majeur
Barcarolle op. 60
Polonaise Fantaisie op. 61 en la bémol majeur
Valses op.64
• n°2 en ut dièse mineur
• n°1 en ré bémol majeur

A la fois pianiste et compositeur, Yves Henry a été formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris totalisant 7 premiers prix à 22 ans.

1er Grand Prix du Concours International Robert Schumann à Zwickau au même âge après avoir travaillé trois ans avec Aldo Ciccolini, il est aussi reconnu aujourd’hui comme l’un des spécialistes de l’interprétation de Chopin et de Liszt, notamment au travers de son expérience des instruments de l’époque romantique1, Yves Henry donne dans le monde entier de nombreux récitals consacrés pour la plupart aux compositeurs de l’époque romantique et est régulièrement invité pour des masterclasses dans les universités aux USA, au Japon et en Chine et fait partie de nombreux jurys de concours internationaux (World Piano Master de Montecarlo, Dvorak Piano Competition à Nelahozoves, Concours International Robert Schumann en Allemagne, Concours International Chopin de Varsovie).

Au cours de la saison 2015/2016, entre autres concerts, il se produit en Italie, au Japon, en Allemagne et aux Etats-Unis et est invité à participer au jury du Concours International Robert Schumann à Zwickau en juin 2016.

 

1 Yves Henry a été le premier à enregistrer en CD et DVD les 24 préludes op.28 de Chopin dans deux sur Pleyel de 1838, lautre sur piano de concert daujourdhui (Editions Lancosme Multimedia. Concert enregistré Salle Pleyel à Paris).

Théâtre d'Aurillac à 20h 45

« Du bienfait des fleurs et des méfaits du tabac »

PROGRAMME :

Intégrale des "Chantefleurs", musique de J. Wiener, texte de R. Desnos

Tchékhov: " les méfaits du tabac"


LES INTERPRETES

 

Jean Delescluse

Il débute en 1992 à l’Atelier Lyrique puis dans la troupe de solistes de l’Opéra national de Lyon. A l’opéra, il mène une carrière durant 20 années principalement dans les rôles de « ténor de caractère » du répertoire français (Offenbach, Ravel, Berlioz...) et est l’invité des principales scènes et des festivals, en France, mais aussi en Allemagne, en Italie, au Canada... Remarqué comme un évangéliste particulièrement brillant, il travaille régulièrement dans le milieu de la musique baroque en Europe. Avec Alexandre Tharaud, depuis 1997, ils n’ont cessé de se produire pour des programmes de mélodies françaises. Avec Denis Pascal, pianiste, il enregistre le cycle de mélodies « Les Chantefleurs » de Jean Wiener sur des textes de Robert Desnos, qu’ils donnent à entendre notamment au festival de Radio-France 2014. Avec Pascal Hild, il aime à se laisser entrainer vers des répertoires de chansonnier, comme Dranem, Francis Blanche…

 

Gilles Privat

Gilles Privat se forme à l'École Jacques Lecoq de 1979 à 1981. Au théâtre, il travaille principalement avec : Benno Besson, Matthias Langhoff, Alain Françon, Ainsi qu’avec Dan Jemmet. De 1996 à 1999, il est pensionnaire de la Comédie-Française. En 2008 il reçoit le Molière du meilleur comédien dans un second rôle pour L’Hôtel du Libre Echange. Au cinéma, il joue dans les films de Coline Serreau, de Chantal Ackerman, James Huth, et Jérôme Bonnel.

 

Pascal Hild

Diplômé des conservatoires régionaux de Strasbourg et Lyon, titulaire du C.A.P.E.S. de musique, sa formation pianistique et son goût pour la voix le dirige tout naturellement vers l’accompagnement des chanteurs. Passionné par la chanson française, il accompagne régulièrement Françoise Courbarien, Eva Bierman, Jeanne-Marie Lévy, Annelise Faucon, Jacques Gomez, et Jean Delescluse.

Il collabore en tant que pianiste, arrangeur, comédien ou chanteur à divers spectacles tels que : Cabaret des villes etc. En 2011, il assure la direction musicale de la Biennale du fort de Bron (Feydeau, La Dame de chez Maxim).

 

Centre culturel du Carladès
Vic-sur-Cère

Marie Vermeulin (piano) et Elsa Grether (violon)

Concert  piano et violon : Grieg, Roussel, Bloch, Brahms

- Grieg : 3e Sonate en do mineur op.45
- Roussel : 2ème sonate op. 28
- E. Bloch : "Nuit exotique"
- Brahms : 3e Sonate en ré mineur op.108

Pour les possibilités de co-voiturage, téléphoner au 06 59 95 47.


Marie Vermeulin


Premier Grand Prix du Tournoi International de Musique en décembre 2004, Deuxième Grand Prix et Prix du plus jeune finaliste au Concours International Maria Canals de Barcelone en mai 2006, Deuxième Grand prix au concours International Olivier Messiaen en décembre 2007, Marie Vermeulin est sans nul doute l'une des révélations de ces dernières années. Soutenue par plusieurs fondations et l'Institut français pour des tournées à l'étranger, elle a su imposer en peu de temps un jeu remarqué pour sa témérité technique, sa finesse et sa maturité. Elle s'est produite pour nombre de festivals et salles de premier plan où elle a pu mettre en valeur sa personnalité passionnée et singulière dans un large répertoire.

A Paris, elle s'est produite notamment à la Cité de la musique, à l'Opéra Bastille, au Petit Palais, à l'Auditorium du musée d'Orsay, salle Cortot, aux Serres d'Auteuil, à Bagatelle ... Elle a également été invitée par l'Opéra de Toulon, l'Equinoxe de Châtearoux, le Grand Kursaal de Besançon, la salle Molière à Lyon, la salle de l'Institut à Orléans, le Centre Pompidou-Metz, l'Agora d'Evry, l'Auditorium Jean-Pierre Miquel de Vincennes, les théâtres de Chartres, de Corbeil-essonnes, de Dreux, d'Etampes, de Pontoise, les châteaux de Solliès-Pont, d'Aulteribe, de Chambord, ainsi que par les festivals Messiaen au pays de la Meije, Piano Folies du Touquet, La Charité-sur-Loire, Rochebonne, Lille Piano Festival ...  

A l'étranger, elle se produit en Espagne - à Madrid (Circulo de Bellas Artes), à l'invitation de Gérard Mortier et du Teatro Real, mais aussi à Barcelone (Palau de la Musica) et pour les festivals de Sitges et Blanes - ainsi qu'en Italie (festivals de Monopoli et Bari), en Allemagne, (Kulturkreis Geistag de Münich), en Lituanie, en Suisse, en Belgique, en Algérie, en Moldavie, au Monténégro, à Chypre, au Liban, au Vietnam, aux Philippines, en Indonésie ...

Parallèlement, elle est amenée à donner diverses conférences et master-classes en liaison avec ses concerts, notamment sur l'oeuvre d'Olivier Messiaen. Depuis quelques années, elle s'investit tout particulièrement dans la musique contemporaine, et travaille ainsi en étroite collaboration avec des compositeurs tels Mauro Lanza, Ramon Humet, Philippe Fénelon, Alain Louvier, Bruno Ducol et, tout récemment, Pierre Boulez.

Elle a interprété le 1er Concerto de Chopin, le Concerto de Schumann et le 1er Concerto de Tchaikovsky avec l'Orchestre philharmonique de Kaunas (dir. Pavel Berman), les Concertos K453 et K488 de Mozart avec l'Orchestre des Musiciens d'ose (dir.Charles Limouse), le concerto K453 de Mozart avec L'Orchestre de chambre de Wallonie (dir.Sir Paul Goodwin), le concerto en sol de Ravel avec l'Orchestre Del Valles (dir. Salvator Brotons), puis avec l'orchestre National du Liban (dir.Claire Levacher), les Concertos Hob.XVIII:4 et XVIII:11 de Haydn avec l'orchestre National de chambre de Moldavie (dir. Didier Talpin), le Concerto de Clara Schumann avec l'Orchestre Symphonique de Mâcon (dir.Eric Geneste), puis avec l'Orchestre de l'opéra de Toulon (dir.Debora Waldman), ainsi que les Oiseaux Exotiques de Messiaen avec l'Ensemble Intercontemporain (dir. Pierre Boulez).

Elève de Jacqueline Dussol, puis de Marie-Paule Siruguet au CNR de Boulogne, elle effectue un cursus complet de 2001 à 2004 au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, notamment auprès d’Hortense Cartier-Bresson et d’Edson Elias.
Parallèlement, elle étudie pendant quatre ans avec Lazar Berman qui l’accueille chaleureusement à Florence, puis à l’Accademia Pianistica Internazionale d’Imola.
Plus tard, elle se perfectionne auprès de Roger Muraro, bénéficiant ainsi de la connaissance profonde du pianiste pour l’œuvre du XXème siècle français.

Au cours de différentes master-classes, elle rencontre des personnalités musicales variées, telles Zoltan Kocsis, Jean-Claude Pennetier, Florent Boffard, Gérard Frémy, Jean-François Heisser, Akiko Ebi, Abdel Rahman El Bacha, Eric Heidsieck, Klaus Hellwig, Tamas Vasary, David Lively ...

Son talent a été soutenu par l’action de la Fondation Safran pour la musique, du mécénat Société Générale, de l’Accademia Pianistica Internazionale d’Imola, et de l'Institut Français. En décembre 2009, elle est couronnée du Prix International "Pro Musicis", association qui vise à offrir des moments musicaux  à un public de personnes handicapées, ou n'ayant pas la possibilité de se rendre à des concerts classiques.

Sélectionnée par Thierry Beauvert pour représenter la France lors du concours des radios francophones en 2006, Marie Vermeulin est, dès lors, régulièrement invitée sur le plateau de France Musique (Emissions de Gaëlle Le Gallic, Arièle Butaux, Jean-Pierre Derrien, Lionel Esparza ...). 

En 2008, Universal/Deutsche Grammophon demande à Marie Vermeulin de participer à son Intégrale Messiaen, réalisée à l'occasion du centenaire d'Olivier Messiaen. Elle enregistre alors la Fantaisie pour violon et piano aux côtés de Daniel Hope et la Vocalise pour voix élevée et piano, en compagnie de Nathalie Manfrino.

En mai 2013, elle sort un disque dédié à l'oeuvre d'Olivier Messiaen , sous le label Paraty, qui vient tout juste de recevoir les "ffff" de Télérama.


                                                                                                                                          Mai 2013.

«Je considère que Marie Vermeulin est une pianiste extrêmement douée. Malgré son jeune âge, elle se révèle aujourd’hui par un jeu pianistique authentique, une originalité et une personnalité très attachante et créative. Je suis sûr que les prestations de Marie en concert retiendront l’attention du public et auront la plus haute approbation dans le monde musical. Elle possède tous les dons pour devenir l’une des plus intéressantes pianistes françaises. »

Lazar Berman, Novembre 2001


Elsa Grether


« Elsa Grether s’était fait remarquer par un CD consacré à Ernest Bloch pour Fuga Libera. A nouveau, elle s’impose comme une violoniste de premier plan en parvenant à concilier deux impératifs, la légèreté du son et une réelle puissance orchestrale (…) »Classica, Jacques Bonnaure (4 étoiles, mars 2016) 

« La violoniste a sublimé l’Introduction et Rondo Capriccioso pour violon solo et orchestre de Camille Saint-Saëns. »
Jean-Claude Ober, L’Alsace, janvier 2016 

« Elsa Grether confirme les qualités de jeu et d’inspiration qui nous avaient tant séduits dans son premier disque consacré à Bloch. Des lignes qui respirent, des timbres soyeux (…) animent une lecture particulièrement poétique des deux sonates. Ce violon au legato élégant et au vibrato mesuré, chambriste dans l’âme, nuance également deux courtes pages de Fauré, ô combien délicieuses »Diapason, JM Molkhou (5 Diapasons, mars 2016) 

« Par-delà de superbes moyens techniques, Grether possède les couleurs – les teintes vaudrait-il mieux dire – et le style idoines pour le répertoire ici abordé. »Concertclassic, Alain Cochard, novembre 2015 

« L’enseignement cosmopolite dont a bénéficié Elsa Grether ne l’a pas privée d’une personnalité, d’un son qui la rattachent directement à cette prestigieuse école belge, illustrée par Vieuxtemps, Ysaÿe et Grumiaux : pour n’être pas liégeoise, elle n’en a pas moins toutes les qualités. Tout est là, la maîtrise technique, la couleur, et, avant tout, une profonde intelligence du texte qui permet de le servir mieux que quiconque. La palette expressive la plus large nous est offerte, de l’insouciance charmeuse, du doux rêve à la passion enfiévrée, à la fougue, à l’emportement résolu. Jamais le moindre soupçon de sensiblerie ou d’affectation, tout est vrai (…)»Musicologie.org, Eusebius, mars 2016 

« Les deux interprètes, en parfaite communion, savent dégager avec engagement, passion et poésie toute la quintessence de ces partitions majeures de la musique de chambre. L’archet souple, la noblesse de jeu, la richesse de coloris du violon expressif d’Elsa Grether(…) »Concertclassic, Michel Le Naour (Critique Récital avec François Dumont, nov 2015)

« Il serait difficile d’imaginer une toute cette musique que celle de Grether. (…) J’ai hâte d’entendre davantage d’Elsa Grether ».Gramophone Magazine, Edward Greenfield, septembre 2013

 « Sa maîtrise confondante ne mérite que des éloges : virtuosité incandescente (…) poésie suprême (…) Idem de l’ivresse incisive avec laquelle Elsa Grether porte Nigun (…) Fratres (…) est un complément idéal sous les doigts de la violoniste, qui en capte à la fois l’énergie crâneuse (…) et la profonde élévation spirituelle, culminant dans les pianissimos d’un suraigu final à se pâmer. Un disque magnifique. »  Classica Magazine, Franck Mallet, juillet 2013

 « L’artiste met sa maîtrise au service d’une passionnée, engagée, souvent paroxystique, mais toujours « classique ». Les sonorités sont fines et brillantes, la dynamique étendue, la justesse infaillible, et, même dans les effusions les plus poignantes, l’écueil du sentimentalisme est évité. »La Libre Belgique, Martine Dumont-Mergeay, 3 juillet 2013

Jeune violoniste charismatique au jeu passionné et d’une intense poésie,Elsa Grether, née à Mulhouse, obtient un Premier Prix de violon à l’unanimité du jury au CRR de Paris le jour de ses quinze ans. Poussée par une grande curiosité, elle poursuit sa formation à l’étranger, au Mozarteum de Salzbourg avec Ruggiero Ricci, puis aux Etats-Unis avec Mauricio Fuks à l’Université d’Indiana à Bloomington et Donald Weilerstein au  New England Conservatory de Boston. Elle bénéficie aussi des conseils de Régis Pasquier à Paris.

Lauréate du Prix International Pro Musicis 2009 à l’unanimité du jury avec la pianiste Delphine Bardin, elle fait en 2012 ses débuts en récital au Carnegie Weill Hall de New-York ainsi qu’à Boston. En soliste avec orchestre, elle a interprété de nombreux concertos (Bach, Vivaldi, Mozart, Haydn, Beethoven, Bruch, Brahms, Tchaïkovski, Chébaline, Dvorak, Prokofiev, Tzigane de Ravel…)

Ses deux premiers CDs,Poème mystique et French Resonance, parus en 2013 et 2015, avec les pianistes Ferenc Vizi et François Dumont (label Fuga Libera/Outhere) ont été unanimement accueillis par la presse et le public, obtenant tous deux 5 Diapasons et 4 étoiles du magazine Classica, ainsi que des critiques élogieuses dans le magazine Gramophone, La Libre Belgique, Concertclassic, Resmusica, Musicologie.org… : https://elsagrether.com/discographie/

La violoniste sortira son prochain disque, en solo cette fois-ci, en juin 2017, toujours chez Fuga Libera / Outhere. Il sera enregistré à l’Abbaye de Fontevraud.

On a pu l’entendre en récital dans de prestigieux festivals et salles en France et à l’étranger : Carnegie Weill Hall de New-York, Printemps des Arts de Monte-Carlo, Festival de Menton, Festival de Sully et du Loiret,Bozar et Salle Flagey à Bruxelles, Salle Cortot à Paris, Festival Musica à Strasbourg, Festival des Forêts, Festival Lille Clef de Soleil, Palazzetto Bru-Zane à Venise, Radio Suisse-Romande et Festival Musiques en Eté à Genève, les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Saint-Lizier, le Festival des Abbayes en Lorraine, Chicago Myra Hess Concert Series, Mozarteum de Salzbourg, Radio Nationale d’Alger, Scène Nationale de Martinique … Elle collabore également avec les comédiens Daniel Mesguich et Francis Perrin.

L’année 2017 la verra notamment en concert à Paris Salle Cortot, au Collège des Bernardins, à Musiques à Versailles en duo avec Régis Pasquier, à la Demeure des Comtes de Champagne à Reims, aux Grandes Heures de Saint-Émilion, à la Haute saison musicale, au Festival de Cormatin, aux Promenades musicales en  Pays d’Auge, à l’Abbaye de Fontevraud ou encore au Festival des Forêts.

Elsa est lauréate de diverses fondations: Safran pour la Musique, Natixis-Banque Populaire, Prix Oulmont (Fondation de France), Cziffra, Fondation Bleustein-Blanchet pour la Vocation, Fondation Alliance, AJAM. En 1993, elle est lauréate du Concours des Jeunes solistes organisé par la RTBF de Bruxelles (1er Prix de sa catégorie).

Alain Duault lui a consacré une émission dans « Toute la musique qu’ils aiment » (France 3) et elle est régulièrement invitée sur France Musique, France Culture, Musiq’3 et la RTS Suisse.

En parallèle avec ses activités de concertiste, titulaire du CA, elle est professeur de violon à temps partiel au CRR de Reims et fait régulièrement partie de jurys (Prix international Pro Musicis, Fondation Cziffra, CRR de Strasbourg…)

Elle se produit en concert avec les pianistes David Lively, François Dumont, Marie Vermeulin, Ferenc Vizi, Johan Schmidt, Delphine Bardin ainsi qu’avec Jérémy Jouve (guitare), Régis Pasquier (violon), Ronald van Spaendonck (clarinette),Sébastien van Kuijk (violoncelle)…

Crédits photographiques Jean-Baptiste MILLOT sauf mention contraire – portraits réalisés au Musée de la vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, 16 rue Chaptal – 75009 Paris. Tél. : 01 55 31 95 67.


Musica Formosa remercie la SPEDIDAM qui nous a fait l'honneur de bien vouloir subventionner ce concert.

LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes – interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées

Guillaume Hodeau : Bandonéon
 David  Louwerse : Violoncelle

Concert dans l'église de Saint Illide à 20h:

La formule appréciée des festivaliers: bus+ Concert+ buffet

PROGRAMME :

Les Folies d'Espagne - Marin Marais

Café 1930 - Astor Piazzolla

Tango remembrances - Astor Piazzolla

Courante (solo violoncelle) - J.S. Bach

Sonate pour violoncelle - Antonio Vivaldi

Los Sueños (solo bandonéon) - Astor Piazzolla

Por una cabeza - Carlos Gardel

La Cumparsita - Gerardo Matos Rodríguez

Le Grand Tango - Astor Piazzolla

Un nouveau regard

Dès les premières notes, le décor est planté. Nous sommes plongés au milieu d'une vaste maison Argentine tout droit sortie d'un rêve où résonne une musique qui nous touche instantanément: le Tango. Astor Piazzolla n'est pas bien loin, Carlos Gardel et les autres non plus. 

Très vite emballés par ces sonorités sud-américaines, nous sommes prêts pour un grand saut dans le passé dans lequel Guillaume Hodeau et David Louwerse revisitent avec ferveur et intelligence quelques chefs-d'œuvre de Vivaldi, Couperin, Bach... Tout un programme! http://www.guillaumehodeau.com/barocco-tango/


LES MUSICIENS

Guillaume Hodeau et David Louwerse ont en commun d’avoir traversé l’Atlantique pour consolider leur parcours, ne se contentant pas de ce que pouvait apporter la vieille Europe à leur pratique. C’est peut-être ce qui les rend libres dans leur approche, libres d’adaptations originales, par le choix des instruments, de l’interprétation, du répertoire. 

Ils ont chacun étudié avec les plus grands dans leur discipline. Ils sont chacun présent sur la scène internationale. Professeurs tous les deux, ils portent haut le souci de la transmission. Finalement, tout les rapproche.

Sur scène, ils sont habités, mais non ostentatoires. Ils jouent avec passion et retenue, s’effaçant derrière leur répertoire tout en lui donnant vie.


david louwerse
violoncelle


David Louwerse a étudié en France, au Canada et aux Etats-Unis. Après avoir étudié avec Guy Besnard au conservatoire de Paris 10ème, il a été admis à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il y obtient un premier prix à l’unanimité en violoncelle dans la classe de Klaus Heitz et un premier prix à l’unanimité en musique de chambre dans la classe de Jean-Claude Bernède. David Louwerse, bénéficiant de l’enseignement de Michel Strauss a été lauréat de plusieurs bourses dont la bourse Lavoisier et a effectué un cycle de perfectionnement avec Aldo Parisot au Banff Center of Arts (Canada) ainsi qu’à l’Université de Yale (Etats-Unis) de 1990 à 1992. 

A l’issue de ces deux années d’études, David Louwerse se voit décerner par l’université de Yale la distinction Artist Diploma et reçoit le prestigieux Lucy G. Moses Fellowship Award. Parallèlement, il a bénéficié de l’enseignement de violoncellistes tels que, Christophe Henkel, Etienne Péclard, Philippe Muller et Janos Starker.

Il est actuellement le violoncelliste de l’Ensemble Variances sous la direction du compositeur Thierry Pécou dont le dernier enregistrement intitulé Tremendum a obtenu un Diapason d’Or. 

Il est le fondateur du festival Ault en Musiques! ainsi que des Musiciens de l’Instant, formation de musique de chambre où l’on peut retrouver les violonistes Virginie Robilliard et Bernard Mathern, le pianiste François Daudet et l’altiste Vinciane Béranger. 

David Louwerse a été régulièrement invité par l’Université de Kaoshiung (Taiwan) pour y donner des concerts et des Master Classes ainsi que par Anne Charlotte Rémond lors de ses émissions sur France-Musique. 

Titulaire du Certificat d’Aptitude, David Louwerse est professeur aux conservatoires de Paris 8ème et 17ème.


guillaume hodeau
bandonéon

Guillaume Hodeau a fait ses études musicales au Conservatoire de Marseille où il a obtenu un premier prix en accordéon à l’âge de 15 ans. Il a ensuite été admis à la prestigieuse université de Détroit-Michigan aux Etats-Unis où il a suivi un enseignement supérieur pendant trois années et s’est produit dans de nombreux festivals, notamment à Columbus, Cleveland et Détroit. Passionné par le bandonéon, il intègre en 2000 la classe de Juan Jose Mosalini qui lui transmettra les secrets bien gardés du tango. Grâce aux précieux conseils du maître argentin, Guillaume a pu se distinguer lors de plusieurs concours internationaux et a notamment remporté le Piazzolla Music Award en Italie.

Invité à se produire sur les plus belles scènes européennes, Guillaume Hodeau propose des programmes variés en tant que soliste aussi bien lors de créations contemporaines que de festivals de musique classique ou du monde. Musicien aux multiples facettes, il a joué au Blue Note Jazz Club de Milan, au théâtre Royal de Namur, au festival Virtuosi de Recife au Brésil, à l’Abbaye de l’Epau, à l’Ircam... Il s’est fait entendre avec l’orchestre Colonne, l’ensemble Stringendo, le Aarhus Sinfonietta au Danemark.

A l’origine de nombreux projets artistiques, il a notamment enregistré deux albums consacrés à Astor Piazzolla pour le label Aeon/Harmonia Mundi et un disque en duo avec le saxophoniste Ronan Baudry dans un programme intitulé Tango at Night à l’issue d’une tournée de 250 concerts. Parmi ses plus récents projets, il enregistre un CD avec le violoncelliste David Louwerse en 2016 dans le programme Barocco Tango.

En 2016, il participe à la création de l'opéra L'Ombre de Venceslao de Martin Matalon mis en scène par Jorge Lavelli. Une tournée de deux années est prévue dans les opéras de Rennes, Avignon, Toulouse, Montpellier, Marseille, Clermont-Ferrand, Toulon, Reims et Bordeaux. 

Passionné de pédagogie, Guillaume enseigne l’accordéon au Conservatoire Régional de Cergy-Pontoise ainsi que le bandonéon au Conservatoire d’Evreux. En 2011, il crée la collection pédagogique Le Petit Accordéoniste avec l’objectif de moderniser l’apprentissage de cet instrument.

crédits photos: Michel Nguyen

Concert dans l'église Saint-Baudèle à Neuvéglise

NOUVEAU : FORMULE
 BUS + BUFFET + CONCERT

Vous pouvez encore vous inscrire
 - au théâtre d'Aurillac
- à la commune de Neuvéglise
- à l'association,rubrique "écrivez-nous"  ou en téléphonant : 06 32 95 59 47

Départ à 18h devant le Renaissance, au Square d'Aurillac, pour ceux qui prennent le bus

Programme

Fernando SOR :

- Introduction, thème et variations sur la flûte enchantée de Mozart

Francisco TÁRREGA :
- introduction, thème et variations sur le carnaval de Venise

- Recuerdos de la Alhambra

- la gran Jota

Mauro GIULIANI : - fantaisie sur des thèmes de Rossini

Entracte

Niccolò PAGANINI :

- caprice n°24

- la Campanella

- romance

Johann Kaspar MERTZ :

- Élégie

- Fantaisie hongroise

 Emmanuel Rossfelder

A trois ans ses parents lui offrent une petite guitare en plastique qu’il met vite au rebut, plus attiré par la guitare «sèche» de sa mère, elle-même musicienne. Dès l’âge de cinq ans il débute la guitare classique, instrument qu’il dira plus tard avoir choisi pour ses courbes et sa sonorité. Ses parents entretiennent son goût pour la musique et l’encouragent sans relâche dans les cours de guitare qu’il suit assidûment. Son étonnante facilité, sa motivation, son caractère enjoué et communicatif le conduisent rapidement à donner ses premiers concerts...

 

A 14 ans, après avoir obtenu la Médaille d’or à l'unanimité avec les félicitations du jury au Conservatoire National d’Aix en Provence dans la classe de Bertrand Thomas, il devient le plus jeune guitariste jamais admis dans la classe d’Alexandre LAGOYA au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Dès lors une relation privilégiée s’instaure entre le Maître et l’élève. Il voue une admiration sans bornes à son professeur qui en retour lui prodigue un enseignement fondé sur une technique spécifique de la main droite qu’il avait élaborée avec Ida PRESTI.

En 1991 et 1992, il obtient deux premiers prix à l’unanimité au CNSM de Paris (guitare et musique de chambre).

 

« Emmanuel offre à la guitare une sonorité puissante, de la virtuosité, de l’émotion et une fantaisie qui font déjà de lui un grand artiste. »
Alexandre LAGOYA

 

Ses premiers pas dans les concours internationaux lui permettent de se distinguer, notamment en 1993, en obtenant le 1er prix du FMAJI ainsi que le prix spécial Pierre Salvi. Puis il est lauréat de la Fondation d’Entreprise Groupe Banque Populaire en 1998, « Découverte Classica » en 2001, « Révélation Classique » par l’ADAMI en 2002, et « Victoire de la Musique Classique » en 2004 Catégorie Révélation Soliste Instrumental de l’année.

 

Mais son bonheur de concertiste n’est complet que devant le public auquel il fait découvrir toutes les possibilités de la guitare depuis plus de 25 ans sur les plus grandes scènes françaises et européennes, mais également au Japon, en Corée, au Brésil, en Argentine, en Afrique, aux USA...

 

Jean Delescluse

Vendredi 5 mai, 20h45

à MONTSALVY, Abbatiale :

Luo Chin Le Bot (piano) & Jean Delescluse (voix ténor)

Mélodies françaises :

Francis Poulenc - Erik Satie - Reynaldo Hahn - Gabriel Fauré

 

MUSIQUE CLASSIQUE

EN PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION MUSICA FORMOSA

Tarifs :

tarif A (adultes) : 6 €

tarif B (collégiens et lycéens) : 3 €

tout public

Durée : 1h 30 avec entracte


Luo Chin Le Bot (piano) & Jean Delescluse (voix ténor)

Jean Delescluse a débuté sa carrière de chanteur d'opéra au sein de l'Atelier Lyrique, en 1992, avant d'intégrer les solistes de l'Opéra National de Lyon. Très vite, le ténor s'impose en incarnant des rôles captivants à l'opéra, et joue sur les plus grandes scènes et festivals. En parallèle, il donne des concerts acclamés par la critique, accompagné par les plus grands orchestres français et sous la direction de chefs prestigieux.

Diplômée de l'université de musicologie de Tai Pei à Taïwan, Luo Chin Le Bot vit en France depuis 1987. Médaille d'or (niveau supérieur) du CNR de Toulouse, diplômée de l'Ecole normale de musique de Paris dans la classe de Lucie Bascouret et de Pierre Petitgérard, elle anime depuis 21 ans le festival « Voyage d'hiver » dont elle est la co-fondatrice et la directrice artistique.

Le temps d’un concert, Luo Chin Le Bot accompagne Jean Delescluse : ensemble, ils proposent un répertoire au style enlevé et malicieux, dédié aux mélodies françaises (Erik Satie, Reynaldo Hahn, Gabriel Fauré, …).

Luo Chin Le Bot


Luo Chin Le Bot


Diplômée de l'université de musicologie de Tai Pei, Luo Chin Le Bot vit en France depuis 1987. Médaille d'or (niveau supérieur) du CNR de Toulouse, diplômée de l'Ecole Normale de Musique de Paris  dans la classe de Lucie Bascouret et de Pierre Petitgerard, elle anime depuis 18 ans le festival « Voyage d'hiver » dont elle est la directrice artistique.

Dans ce cadre, elle a donné de nombreux concerts en solo mais aussi en compagnie de prestigieux artistes invités. Elle a également participé au festival “Soirs en Scène” en Midi-Pyrénées.

La Camera delle Lacrime de Bruno Bonhoure


A 17h au théâtre d’Aurillac, ultime voyage dans le « voyage », de l’Auvergne des troubadours à la Chine du Khan avec la compagnie La Camera delle Lacrime de Bruno Bonhoure

Au milieu du XIIIème siècle, dans l’influente capitale de l’empire Mongol, Karakorum, la plupart des religions sont représentées. Vingt ans avant le voyage de Marco Polo, le roi de France Louis IX, fait porter par un moine franciscain, Guillaume de Rubrouck, des lettres à l’attention du grand Mangou Khan.
L’évocation de ce périple liant l’Europe à l’Asie est l’occasion pour La Camera delle Lacrime d’inviter le spectateur à une découverte des mélodies, des langues et des rythmes vernaculaires. Au terme de cette aventure, la veille de la Pentecôte 1254, Guillaume de Rubrouck organise une rencontre théologique pacifique où les chrétiens occidentaux et orientaux ainsi que les nestoriens discutent de leurs dogmes avec les musulmans, les polythéistes et les bouddhistes. Dans son manuscrit, est mentionné qu’au petit matin, tous les participants se retrouvent épuisés et à court d’arguments. Ils décident alors d’achever cette rencontre par un moment musical où chacun loue son ou ses dieux dans ses cantiques propres. C’est à cette célébration que vous invite Bruno Bonhoure et ses musiciens.

Tarifs – Plein : 15€ / Abonné & CE : 10€ / Réduit : 8€



Distribution : Khaï-dong Luong : Conception artistique, mise en scène – Bruno Bonhoure : Direction musicale, chant (ténor) – Mokrane Adlani : Violon oriental, chant souf – Guo Gan (chant d’Asie Orientale) ou Li Yan : Vièle erhu – Christophe Tellart : Flûtes, vielle à roue, cornemuse – Liam Fennelly ou Martin Bauer : Viola d’arco, kamanche – Michèle Claude : Percussions – Colas Murer : Technicien son et lumière // Co-production avec la Fondation Royaumont // Les résidences de création se dont déroulées en janvier et mars 2016 au sein de la Fondation // Le Festival de la Chaise-Dieu (dans le cadre de son 50ème anniversaire) les villes de Gonesse et de Saint-Leu d’Esserent sont également partenaires de ce programme // La cie est soutenue par le Ministère de la Culture / Drac Auvergne, le Conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes au titre des ensembles conventionnés, ainsi que l’Adami et la Spedidam // Crédit photo : Kai-Duc Luong.

Créé par l'association Musica Formosa