13 décembre 2014

Mary Olivon et Fabien Hyon

19è Voyage d'hiver

Fabien Hyon  : ténor

Mary Olivon : piano


CONCERT D'OUVERTURE


Samedi 13 décembre 2014 à 20h45

Théâtre d'Aurillac - Tarif unique : 10€ (gratuit - de 16 ans)


programme :


Felix Mendelssohn (1809 - 1847)

 

Auf Flügeln des Gesanges (Sur les Ailes du Chant; Heine)

Das Madchens Klage (Le Costume de Fille; Schiller)

Hexenlied (Le Chant des Sorcières ; Hölty)

 

Robert Schumann (1810 - 1856)

 

Liederkreis op. 24, sur des poèmes de Heine:

Morgens steh' ich auf und frage (le matin je me lève et me demande)

Es treibt mich hin, es treibt mich her ! (Quelque chose m'entraîne par ici, par là !)

Ich wandelte unter den Baümen (Je marchais sous les Arbres)

Lieb Liebchen (Ma Mignonne)

Schöne Wiege meiner Leiden (Beau Berceau de mes Souffrances)

Warte, warte, wieder Schiffmann (Attends, attends, satané Marin)

Berg' und Burgen schaun herunter (Montagnes et Châteaux se reflètent en bas)

Anfangs wollt' ichfast verzagen (Au début j'étais presque découragé)

Mit Myrten und Rosen (De Myrtes et de Roses)

 

- Pause –

 

Albert Roussel (1869 - 1937\

 

Jazz dans la Nuit (Dommange)

Amoureux Séparés (Roché)

Cœur en Péril (Chalupt)

 

Joseph Canteloube (1879 - 1957)

 

Extraits des Chants d'Auvergne

L'Aïo de Rotso (L'Eau de source)

Baïlero (Chant des bergers de Haute-Auvergne)

Oï Ayaï (Ouille Aïe Aïe)

Lo Fiolairé (La Fileuse)

Lou Boussu (Le Bossu)

 

Francesco Paolo Tosti (1846 - 1916)

 

A Vucchella (Une Petite Bouche; D'Annunzio)

Mattinata (Le Matin; Panzacchi)

La serenala (La Sérénade ; Cesareo)

L'ultima canzone (La dernière chanson; Cimmino)

Marechiare (Marechiare ; Di Giacomo)

Mary Olivon et Fabien Hyon
Fabien Hyon

Fabien Hyon :

Ténor : Diplômé du Conservatoire de Clermont-Ferrand, Fabien Hyon intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 2011 dans la classe de Malcolm Walker. Sa curiosité et son éclectisme l'amènent à se produire dans un répertoire varié, du Baroque au Contemporain : Evangéliste dans la Passion selon St Marc (Keiser, dir. T. Maeder), Nerone dans l'Incoronazione di Poppea (Monteverdi, dir. et m.e.s. E. Rault), Azaël dans L'Enfant Prodigue (Debussy, dir. E. Guiomar), ou interprète des Illuminations de Britten, de lieder et mélodies de Wolf, Noël Lee, Patrick Burgan... il multiplie les rencontres musicales et humaines et partage son amour du chant et des mots. Parmi ses projets en 2014, citons les prises de rôles du Roi dans La Carmélite de R. Hahn (Paris, dir. Y. Molénat, m.e.s. E. Cordoliani) et du ténor solo dans la Petite Messe Solennelle de Rossini (Aurillac, dir. A. Launois). On l'entendra également en récital au Petit Palais dans un programme consacré aux poètes Verlaine et Rimbaud.

Mary Olivon

Mary Olivon

Originaire de Nantes Mary Olivon intègre le CNSM de Paris en199. Elle reçoit le 1er prix de Musique de Chambre au Concours International Rovero d'or en 2004,le prix DUO au concours international de Toulouse en 2007, le 1er Prix au concours international Chant Piano Nadia et Lili Boulanger en 2013, avec la chanteuse Chiar Skerath. Elle est accompagnatrice au CNSM de Paris de la classe de chant de Malcom Walker.

19è Voyage d'Hiver 2015


________________________________________________________

________________________________________________________


ARCHIVES



Festival d'hiver



2013-2014




______________________________________





18è Voyage d'hiver  -

Festival -2013-2014


Samedi 14 décembre  2013

20h45 au théâtre d'Aurillac


« Piano à quatre mains »

Luo Chin Le Bot

Diplômée de l'université de musicologie de Tai Pei, Luo Chin Le Bot vit en France depuis 1987. Médaille d'or (niveau supérieur) du CNR de Toulouse, diplômée de l'Ecole Normale de Musique de Paris  dans la classe de Lucie Bascouret et de Pierre Petitgerard, elle anime depuis 18 ans le festival « Voyage d'hiver » dont elle est la directrice artistique.

Dans ce cadre, elle a donné de nombreux concerts en solo mais aussi en compagnie de prestigieux artistes invités. Elle a également participé au festival “Soirs en Scène” en Midi-Pyrénées.


Hakim Bentchouala

Après des études musicales de piano au Conservatoire Régional de Toulouse, à l'E.N.M. de Paris, au Manhattan School de New-York et plusieurs concours internationaux (Brésil, Italie...), Hakim Bentchouala entreprend des études théâtrales. En tant que pianiste, il donne de nombreux récitals et des concerts en formation de musique de chambre en France et à l’étranger. Il compose et interprète la musique de films muets.

Par ailleurs, il s'est formé au tango argentin, à Paris avec Pablo Veron, Diego Ocampo et à Buenos Aires avec Eduardo Soltero.

C’est lui qui a  interprété le rôle d'Erik Satie dans la pièce "je te veux" d'Elyane Antagnague au théâtre d'Aurillac le 26 septembre dernier.

 

 

programme

Franz Schubert, Rondo en la majeur, opus 107 dit le « grand rondo »

Allegretto quasi Andantino

 

Camille Saint-Saëns, le carnaval des animaux

pour piano 4 mains

Poules et coq. Hémiones. Tortues. L’éléphant. Kangourou. Aquarium. Personnages à longues oreilles. Volière. Pianistes. Fossiles. Le cygne. Final

 

ENTRACTE


Piazzolla, Histoire du tango :

Bordel 1900

Café 1930

Night-club 1960

Concert d’aujourd’hui



Franz Schubert (1797-1828) est-il le symbole de l’artiste maudit?

Foudroyé au printemps de sa vie et condamné à chercher perpétuellement un bonheur inaccessible, personne d’autre que lui n’exprime cette mélancolie et ce désespoir qui apparaissent dés que résonnent les premières mesures de ses lieder ou quelques unes de ses pièces pour piano.

Musicien aimé des siens, Franz Schubert n’a jamais connu la gloire de son vivant.

Lorsqu’il s’éteint à l’âge de trente et un ans, Franz Schubert laisse une œuvre pour piano solo considérable, dont la valeur et l’importance ne seront reconnues qu’un siècle plus tard.

Le pur génie, à l’égal de W A Mozart, de l’histoire de la musique a légué un véritable monde labyrinthique de ses élans et de ses confidences les plus intimes, qu’on ne se lasse pas d’explorer.

Vingt trois sonates, huit impromptus, six mouvements musicaux, l’admirable Wanderer-Fantaisie, des danses allemandes, écossaises, valses, variations et un immense répertoire pour quatre mains.

Camille Saint-Saëns (1838-1921)

Enfant surdoué dont la précocité et la virtuosité seront souvent comparées à celles d’un certain W.A.Mozart, Camille Saint-Saëns entra dans l’histoire de la musique française en impressionnant tous ses pairs par son intelligence et ses capacités musicales exceptionnelles.

Le carnaval des animaux est sans nul doute son œuvre la plus populaire, mais l’univers créatif du compositeur est beaucoup plus vaste et surprenant que ne peut le laisser supposer cette farce musicale pleine de cocasserie et de finesse.

Camille Saint-Saëns était surtout un travailleur infatigable qui mettait un point d’honneur à maitriser tout ce qui lui passait sous les doigts, qu’il s’agisse d’un clavier de piano, d’une partition musicale ou d’un article polémiste...

Cette partition fut composée la même année (1886) que le chef d’œuvre sérieux qu’est la symphonie n° 3. C’est une succession d’esquisses, une suite musicale en treize tableaux.

 

Astor Piazzolla (1921-1992)

C’est une véritable multiculture que la musique de l’argentin AstorPiazzolla. Il s’agit d’une découverte inattendue, diverse et généreuse.

Venant à une époque où la majeure partie de la musique contemporaine a glissé vers un formalisme.

Sa musique a ses racines dans le mélange de cultures hétéroclites de Buenos-Aires (espagnole, allemande, juive, amérindienne, italienne).

Il étudia en premier la composition avec Alberto GINESTERA, puis il vint à Paris, travailla la direction d’orchestre avec Hermann SCHERCHEN et la composition avec Nadia BOULANGER qui lui apprit à utiliser l’immense vivier de la musique populaire tout en l’enrichissant d’un langage évolué et contemporain.

En 1960, il retourne à Buenos-Aires. Il fonde deux ensembles instrumentaux.

Sa discographie comporte une quarantaine de disques. Il composa aussi des musiques de film, en particulier ”Tangos, l’exil Gardel” pour la quelle il reçut un César en 1986.



 

Créé par l'association Musica Formosa